Ironman Frankfurt - J-4

Publié le par Bouille

Autant les dés étaient "presque" jetés au moment de mon dernier article, autant là, ils le sont bel et bien. On peut même considérer qu'ils sont jetés très loin, perdus, irrécupérables! En d'autres termes, c'est fini! La préparation est terminée. Place maintenant à la récup. Il faut "faire du gras", "faire du jus". Enfin... pas tout de suite : à partir de mercredi soir seulement. Je m'explique...

Dernière grosse sollicitation jeudi dernier, à J-10. J'ai enchaîné 45' à pied sur près de 3h de vélo avec du rythme (3 * 15' allure MD + 5 * 30/30 à PMA). Rebelote samedi avec un enchaînement plus cool : 2h de vélo avec quelques sprints + 45' à pied avec des changements de rythme (5' souple - 5' de 15"/45" - 5' allure IM, etc). Puis dernière séance un peu longue de vélo dimanche avec 3h et du rythme course (40' - 25' - 15').

Depuis dimanche midi, j'ai attaqué un régime dissocié d'avant course, histoire de vider complètement le grenier et épuiser les dernières réserves glucidiques de l'organisme. En parallèle, maintien de quelques sollicitations : natation, vélo, et course, aux sensations, avec des changements de rythme pour ne pas se ramollir.
Mes sensations sont partagées et je vis en plein paradoxe : j'ai l'impression de me traîner et de peiner à 12 km/h, alors que je me sens "facile" à 15 km/h.

Pour reprendre mon pote Alex (the famous Mr Croco du club de tri de Nanterre), "la semaine précédente n'est pas facile psychologiquement...". Et de poursuivre
: "c'est bien pour ca que je te fais faire des exercices avec de la vitesse de course, pour toujours avoir ce "repère" qui te permet de te dire "ok, je me sens pas super/ je me sens bizarre mais dès que je me mets à nager au train/rouler/courir au train...ca passe bien" .
Le corps est habitué à un entrainement régulier depuis plusieurs semaines, forcément quand on ralentit le volume, le corps a du mal à s'adapter d'où l'idée de continuer à faire des petites séries à vitesse de course pour garder "les sensations, les appuis" et qui permetttent en même temps de récupérer".

Voilà résumé en quelques mots le principe de l'affutage d'avant course.

Avant de conclure ce dernier article avant la course, un grand MERCI à tous pour votre soutien :
- Samir et Nico pour les séances de nat à jeûn et les sorties longues à 6 h du mat
- Nanterre TRI pour les multi-enchaînements à Longchamp
- ma famille d'avoir supporté ça depuis quelques mois
- et tous les autres que je n'ai pas cité qui prennent des nouvelles régulièrement.

Allez, un petit clin d'oeil pour finir : ci-dessous, ce sont mes cuicuisses qui se tapent un programme de capillarisation depuis 10 jours à raison de deux séries de 25' par soirée. Perte de temps ou vraie optimisation d'avant course? J'ai un peu de mal à vous répondre... On en reparle après l'Ironman!
Une chose est sûre : y'a plus glamour! (n'est pas Pika?) :-)


Commenter cet article

Monsieur Croco 06/07/2008 19:21

juste 1 mot ou plutot, non, 1000:1000 MERCIS   :-D

Nico 06/07/2008 17:40

 JB 34ième !!!!! et 8ième de son GA !!!!!

Nico 06/07/2008 12:03

 A donf' aussi en vélo avec pour l'instant 38 Km/h de moyenne ! Si JB continues sur ce rythme là c'est suuuur qu'il claque un 'top 50' !!!

Nico 06/07/2008 10:09

JB a commencé pied au plancher ! 51:53 pour les 3800m de nat', il sort 58ième de l'eau, c'est énooooOoooorme !!!!

Les supporters 02/07/2008 17:31

Et nous on va commencer dès demain soir à francfort l'entrainement saucisses/bière histoire de tenir le coup dimanche!!!