200 km de Longjumeau - 18 mars 2007

Publié le par Jean-Baptiste

Cette rando cycliste homologuée en tant que BRM (Brevets de Randonneurs Mondiaux) avait lieu hier au départ de Longjumeau.
200 bornes dans le titre de l’épreuve, 203 sur le plan de parcours donné à l’inscription, et au final 215 au compteur. La faute à quelques errements de parcours, notamment sur la fin...
C'était un brevet qualificatif pour le Paris Brest Paris. Rapido pour les néophytes, le Paris Brest Paris n’est pas une variante du fameux gâteau mais une épreuve mythique dans le monde du vélo, consistant à rallier Brest au départ de Paris, puis revenir à Paris, soit 1200 km à effectuer en 90 heures maximum.
 
Lever 5h en ce dimanche matin. La nuit fut courte, d’autant plus qu’elle fut troublée par un effondrement de ma pile de cartons de déménagement au beau milieu de mon salon.
Un demi gâteau sport avalé et direction le départ à Longjumeau. Paris by night en voiture, c’est toujours aussi sympa !
 
Émargement au départ sur le coup de 7h et retrouvailles avec les autres triathlètes d’Etampes (Manu, Fafa, Tonio, Didier) pour un départ groupé sur le coup de 7h15.
Le temps était encore gris mais on se doutait bien que ça n’allait pas durer. Soucieux de ne pas tomber en panne de carburant, j’avais pris soin d’emmener un max de grignotage : banane, 5 barres, 2 powerbar, de la boisson énergisante en poudre en rab. J’étais paré !
 
Le vent soufflait bien fort en ce dimanche matin avec des pointes annoncées à 100km/h. Ca tombait bien : de quoi se mettre dans l’ambiance pour Lanzarote. On s’est donc retrouvé dans le vent dès le départ avec un Tonio qui campait aux premières loges. Bien devant, pas vraiment préoccupé par la non prise de relais du reste de la troupe.
Au 30ème, après une heure de route, un imprévu ! Je me gamelle dans une descente en passant sur une dalle marbrée de ralentissement. Plus de peur que de mal : je me relève. Un rapide check-up m’apprend que je suis entier. Je pense ma roue arrière voilée mais c’est en fait l’étrier de frein qui s’est décentré. Je le desserre et repars. J’ai quand même un peu mal à la hanche et au coude, mon cuissard est râpé et ma thermique déchirée mais je réalise que j’ai eu de la chance. Je fais les 20 bornes suivantes en dedans, à l’abri du vent dans les roues.
Arrivée au premier check point à Beville-le-comte après 57km. Tampon sur la feuille d’émargement, petit café, bricolage de vélo et du cycliste, le temps de me rendre compte que je suis en fait brûlé sur la hanche gauche et le coude, retrouvailles avec des triathlètes de Nanterre et c’est reparti avec un groupe recomposé. Etampes triathlon et Nanterre triathlon roue dans roue. On reprend les groupes les uns après les autres. On roule un moment à une bonne trentaine mais le groupe pète dans le vent et on se retrouve à nouveau en tête à 9.
Rien de sérieux pour le bobo mais ça colle et ça suinte dans le cuissard. Pas super agréable, surtout quand on réalise qu’il reste 150 bornes !
 
Le deuxième tronçon jusqu’au second check-point à Anet, au km 118 est mémorable. Un fort vent de face, de la pluie. Bref, ambiance… Le casse-croûte avalé en 10mn fait du bien même si tout le monde grelotte. Le redémarrage est difficile : on est trempé et perso, je me les gèle sévère. Repluie, regrelottage. Je passe mon temps à bouffer sur mon vélo. Dès qu’une bosse s’annonce, je la monte vite pour me réchauffer.
Puis paradoxalement, malgré la distance, la course devient de plus en plus facile. Après 120 bornes vent de face ou ¾ face, on l’a maintenant dans le dos. On file allègrement à 40 km/h. Génial !
Arrivée à la Celle-les-Bordes au km 168 pour le dernier check-point avant l’arrivée. Emargement éclair et on repart sous un timide soleil qui pointe le bout de son nez. Ca file toujours aussi vite et la fin du parcours est très plaisante. Je prends des relais avec les triathlètes de Nanterre devant et on finit par se planter de chemin au rond-point. Mes potes d’Etampes prennent la poudre d’escampette et on se met dans le rouge pour revenir sur eux. Finalement, nous les reprenons sur la dernière côte du parcours.
 
Nous atteignons Longjumeau après 215 bornes et 7h15 de temps au compteur. La moyenne est plus que correcte : 29.7 km/h. Une belle sortie dans le vent et la pluie, mes premiers 200 km, et une bonne razzia sur le chocolat à l’arrivée !
 
Conclusion
Ce fut une belle sortie, rendue difficile par des conditions capricieuses. J’étais venu avec pour objectif de rouler avec mes potes du club et de me tester sur cette distance. Finalement, ça se fait. Je suis un peu fatigué mais pas tant que ça. Je suis donc rassuré sur ma capacité à faire 180 bornes. Reste à enchaîner sur le marathon :-)

Seul bémol : j’aurais préféré éviter la gamelle. Je sens que je vais jongler demain midi à la piscine !!!

 

 

Commenter cet article

AS 19/03/2007 22:40

Et la gamelle : si je l'avais pas lue j'en aurais rien su??
Etu t'étais déjà crouté en vélo il y a qq années, c'est la même hanche où tu as testé l'autre?
t'es finalement un peu fada...